27 C
Abidjan
mardi, janvier 31, 2023
No menu items!
Accueil Non classé 115 500 agents de santé sont morts de la COVID-19 en 18...

115 500 agents de santé sont morts de la COVID-19 en 18 mois, selon l’ONU


Pas moins de 115 500 agents de santé sont morts de la COVID-19 en 18 mois de la pandémie, liée à un « manque systémique de garanties », selon les agences de l’ONU.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation internationale du travail (OIT) ont informé lundi que les équipes de santé du monde entier avaient besoin de conditions de travail beaucoup plus sûres pour lutter contre la « négligence dangereuse » à laquelle elles ont été confrontées pendant la pandémie de la COVID-19. 

Dans un appel conjoint à l’action des agences de la santé et du travail des Nations Unies, elles ont insisté sur le fait que la crise de coronavirus avait contribué à « un lourd tribut supplémentaire » pour les agents de santé. 

« Même avant la pandémie de COVID-19, le secteur de la santé était l’un des secteurs les plus dangereux dans lesquels travailler», a déclaré Maria Neira, directrice du Département de l’environnement, du changement climatique et de la santé de l’OMS.

Seuls quelques établissements de santé avaient mis en place des programmes de gestion de la santé et de la sécurité au travail », a déclaré Neira.

Les travailleurs de la santé souffrent d’infections, de troubles et de blessures musculo-squelettiques, de violence et de harcèlement au travail, d’épuisement professionnel et d’allergies dues à un environnement de travail médiocre. »

Pour résoudre ce problème, l’OMS et l’OIT ont publié de nouvelles directives nationales pour les centres de santé aux niveaux national et local.

De tels programmes devraient couvrir tous les risques professionnels – infectieux, ergonomiques, physiques, chimiques et psychosociaux », ont noté les agences.

Elles ont ajouté que les États qui ont élaboré ou mettent activement en œuvre des programmes de santé et de sécurité au travail dans les établissements de santé ont constaté une réduction des accidents du travail et des absences pour cause de maladie et des améliorations de l’environnement de travail, de la productivité et de la rétention des agents de santé.

Comme tous les autres travailleurs, ils devraient jouir de leur droit à un travail décent, à des environnements de travail sûrs et sains et à une protection sociale pour les soins de santé, les absences pour maladie et les maladies et accidents professionnels« , a insisté Alette van Leur, Directrice du Département des politiques sectorielles de l’OIT.

LIRE AUSSI:  8 000 agents de santé ont été infectés du COVID-19 en Afrique – OMS

Cette évolution intervient alors que les agences ont indiqué que plus d’un établissement de santé sur trois ne disposait pas de postes d’hygiène au point de service, tandis que moins d’un pays sur six avait mis en place une politique nationale pour des environnements de travail sains et sûrs dans le secteur de la santé.

Les absences pour maladie et l’épuisement ont exacerbé les pénuries préexistantes de travailleurs de la santé et sapé les capacités des systèmes de santé à répondre à la demande accrue de soins et de prévention pendant la crise« , a déclaré James Campbell, directeur du Département des personnels de santé de l’OMS.






La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils