28 C
Abidjan
mercredi, novembre 30, 2022
No menu items!
Accueil Non classé Bénin: Patrice Talon se prononce sur un éventuel retour de Léhady Soglo

Bénin: Patrice Talon se prononce sur un éventuel retour de Léhady Soglo


—Publicité—

Le débat sur l’éventuel de retour au bercail de l’opposant Léhady Soglo suscite des commentaires ces derniers jours. Une polémique née suite au retour de Lionel Zinsou sur le même vol que le président de la République, en prélude à l’exposition des 26 trésors royaux. Sur la question, Patrice Talon ne répond pas clairement ; mais clarifie ses rapports avec l’ancien maire.

Exilé en France depuis quelques années, l’ancien maire de la ville économique peut-il rentrer sans crainte ? Interrogé sur le sujet, Patrice Talon confie qu’il n’y a pas d’adversité entre lui et Léhady Soglo. « Est ce qu’il y a un problème particulier entre Léhady et moi ? », a-t-il lancé.

Patrice Talon n’a sûrement pas un problème particulier avec Léhady Soglo, mais il estime qu’il est nécessaire que ce dernier rende compte de sa gestion. « Est ce que demander à quelqu’un qui a géré, qu’il y a des choses sur lesquelles il devrait s’expliquer, est ce que c’est quelque chose qui relève de l’adversité ? », se demande le président de la République au micro de Frissons radio.

Plus loin dans son intervention, le Chef de l’État rappelle qu’actuellement, il y a des maires, douaniers, policiers et autres fonctionnaires qui répondent de leur gestion. On peut donc dire que Patrice Talon ne s’oppose pas au retour de Léhady Soglo, mais il tient à la reddition de compte.

Léhady Soglo condamné à 10 ans de prison

Épinglé pour mauvaise gestion à la tête de l’administration municipale de Cotonou, le fils de l’ancien président de la République Nicéphore Dieudonné Soglo, a écopé d’une peine de 10 ans de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) pour abus de fonction.

Cette condamnation est intervenue pendant que l’ex-maire de Cotonou est en exil en France. Il a été donc jugé par contumace. La Cour a donc décerné un mandat d’arrêt international qui planne encore sur la tête de l’opposant.



La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils