30 C
Abidjan
mardi, janvier 31, 2023
No menu items!
Accueil Non classé Coupe du monde des clubs : Chelsea remporte après prolongation contre Palmeiras

Coupe du monde des clubs : Chelsea remporte après prolongation contre Palmeiras


La CAN 2021 est déjà dans l’histoire depuis dimanche dernier. Du 9 janvier au 6 février dernier, le Cameroun a offert à l’Afrique l’une des plus belles organisations de cette compétition. Et cela a un coût.

Lire aussi : David Alaba : «J’ai affronté Cristiano Ronaldo et Lionel Messi mais le meilleur…»

Lire aussi : «Je ne ferais jamais ça pour lui…», ce qui s’est passé entre Cristiano Ronaldo…

Lire aussi : Philippe Coutinho : «À Barcelone, normalement (…) Les gens ici, quand je les rencontre…»

Lire aussi : Ibrahimovic se vante de son cadeau d’anniversaire d’une valeur de 450 000 euros

Cérémonie d’ouverture, de clôture, l’organisation des matchs sur de belles pelouses, dans des beaux stades, l’aspect sécurité, le Cameroun a mis la barre très haute. L’Etat n’a pas lésiné sur les moyens pour satisfaire toutes les délégations.

De sources bien renseignées, le pays des Lions Indomptables a investi plus de 700 milliards de francs CFA (près d’1,1 million d’euro) pour l’organisation de ce tournoi. Cet argent qui provient prioritairement des emprunts bancaires a en effet servi à financer non seulement la construction et la rénovation des infrastructures sportives et hôtelières retenues pour la compétition, mais aussi le déploiement du Comité local d’organisation (Cocan).

Plus de 680 milliards pour les stades et hôtels

Parmi les infrastructures qui ont le plus nécessité des financements dans cette CAN figure en tête le Complexe Sportif d’Olembé. Initialement évalué à 163 milliards de francs CFA dont 138 milliards obtenus à travers deux accords de crédit signés en août 2016 avec la banque italienne, Intesa Sanpaolo, le projet a finalement coûté plus de 215 milliards de francs.

Face aux multiples retards accusés sur le chantier, l’Etat avait en effet dû recourir au milieu de l’année 2021, à la Standard Chartered Bank pour un financement supplémentaire de 55 milliards de FCFA.

A Douala, les investissements ont été concentrés sur plusieurs infrastructures sportives. D’abord, le Complexe flambant neuf de Japoma. Le joyau constitué entre autres d’un stade de compétition de 50000 places a coûté 140 milliards FCFA. Il a été financé à hauteur de 116 milliards par un accord signé avec Eximbank-Turk et 24 milliards par un prêt auprès de la banque gabonaise BGFI.

Les autres investissements ont aidé à la construction et/ou rénovation du stade de la Réunification, de celui de Mbappé Leppé, l’Annexe du gymnase multisport et le stade de Bonamoussadi qui ont constitué un même lot avec les stades de Bandjoun et de Mbouda dans la région de l’Ouest. Montant de l’enveloppe dépensée : 60 milliards de FCFA, financés par le Canada.

A Garoua, le financement des infrastructures a été partagé en deux poches de dépense. La première, d’une valeur de 26 milliards était consacré à la construction de quatre terrains d’entrainement dont ceux du complexe de Coton Sport, de Poumpouré, de Raeré et du Cenajes; la réhabilitation de l’hôtel Benoue et la construction d’un hôtel 4 étoiles.

La seconde enveloppe a permis de financer la réhabilitation du stade Roumde Adjia (30 000 places), la construction de son stade annexe, ainsi qu’un hôtel quatre étoiles pour un montant de 40 milliards de FCFA financés par un crédit contracté auprès de la Banque Marocaine du Commerce Extérieur (Bmce Bank).

Lire aussi : Ronaldinho a mentionné la légende du Real Madrid avec laquelle il aurait le plus aimé jouer

Lire aussi : Robert Lewandowski : «Je ne sais pas comment Benzema se sent au fond de lui mais…»

Lire aussi : Clara Morgane torride : elle s’affiche dans une combinaison transparente

13 milliards pour l’organisation matérielle

Ce n’est pas tout. Courant 2018, le gouvernement a levé 200 milliards en guise d’emprunt obligataire toujours dans l’optique de la préparation de la CAN initialement prévue en 2019.

Selon la note d’information qui a accompagné cette opération de levée de fonds, une enveloppe globale de 36 milliards de FCFA devait être affectée au financement des travaux finaux du Complexe sportif d’Olembé, de ses stades annexes et ses voies d’accès ainsi que 26 milliards pour le Complexe de Japoma, ses annexes et ses voies d’accès.

Le stade de la Réunification de Douala devait recevoir une dotation de 8 milliards de francs CFA pour des travaux de réhabilitation. A Garoua, une somme de 20 milliards de francs CFA devait être investie, dont 8 milliards pour la réhabilitation du stade Roumde Adjia et ses voies d’accès, contre 12 milliards de francs CFA pour la réhabilitation de quatre stades d’entraînement.

Dans la région de l’Ouest, 17 milliards de FCFA devaient être investis dans la construction d’un stade annexe et la réhabilitation de quatre autres stades d’entraînement dans les villes de Mbouda, Bafoussam et Bandjoun.

A côté de toutes ces dépenses, il faut ajouter les 13 milliards de budget arrêtés pour l’organisation matérielle de la compétition. Cette enveloppe a été répartie entre 14 ministères et autres administrations publiques impliqués au sein du Comité local (Cocan).



La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils