27 C
Abidjan
samedi, janvier 21, 2023
No menu items!
Accueil Sport Entretien avec Abdeslam Ouaddou : “Le gouvernement a construit beaucoup de stade....

Entretien avec Abdeslam Ouaddou : “Le gouvernement a construit beaucoup de stade. Il faut maintenant…”


Après le report de la première journée, la Super Ligue Pro va prendre son envol le 05 mars 2022. Ceci avec les matchs de la deuxième journée. A une semaine de la réception d’AYEMA à domicile, le manager général de Loto-Popo, Abdeslam Ouaddou a accordé un entretien à Fraternité FM de Parakou. Invité téléphonique, il a parlé de la préparation de son équipe, des objectifs du club mais aussi du travail à faire pour permettre au football béninois d’atteindre le sommet.

Méga Sports vous propose des contenus originaux. Méga Sports, c’est la fiabilité des informations, Méga Sports, c’est également l’information en temps réel et dans toutes ses dimensions. Adoptez-le et consommez-le sans modération.

Loto-Popo se porte bien. On a fait un micro cycle de préparation de deux semaines. On s’est tablé sur le calendrier qui est sorti pour être prêt pour la première partie. On s’est préparé dans ce sens avec deux matchs amicaux de préparation.

Nous sommes partis en avance pour vraiment s’acclimater à l’environnement du Nord, pour aussi gagner en récupération pour nos joueurs. Nous avons vraiment pris au sérieux cet adversaire de Nikki. Malheureusement, le jour de notre arrivée, dès qu’on a déposé nos bagages à l’hôtel, on a reçu la notification du report de la première journée. On a essayé de réfléchir pour trouver une solution.

Donc, on a meublé ce moment par un mini stage qui devait se conclure par un match dimanche. On a eu aussi un soucis. Nos garçons étaient malade. On a dû annuler un match face à Dynamique. Nous sommes rentrés pour jouer dimanche et préparer le match de la semaine prochaine.

Dites-nous, quelle lecture vous aviez fait de cette première partie de saison pour Loto-Popo

Au niveau de la première partie de saison, ça n’a pas été facile puisque le niveau du championnat a évolué, mais c’est bien pour le championnat béninois et pour l’évolution du football. Loto-Popo était champion et on savait que les équipes ne nous faciliteraient pas la tâche. C’est exactement la voie a suivre pour faire progresser le football béninois.

On s’est qualifié pour cette deuxième partie et on s’attend notamment à une deuxième phase aussi compliquée. On va essayer de jouer notre partition et de défendre notre titre bec et ongle.

Est-ce que l’équipe a été renforcée ? Il y a eu des départs, du mouvement dans vos rangs ?

Oui, il y a eu des renforcements parce que notre idée avec le président Gaston Zossou, un homme de conviction a toujours été de doubler les postes. Vous savez, c’est un championnat long. Cette partie va être un peu plus longue.

Quand vous jouez tous les trois jours, vous ne pouvez pas aligner le même Onze du départ. Il va falloir faire un turn-over pour gagner en fraîcheur des joueurs. Un Onze du départ peut gagné un match mais un groupe de peut gagner une compétition.

C’est pour ça qu’on a décidé de doubler les postes. On s’est renforcé sur des postes ou on était en déficit. Et puis, on a eu le souhait de notre gardien de but Batori de partir. J’étais contre. Très honnêtement, je ne souhaitais parce que je voulais avoir trois gardiens de haut niveau. Batori m’a fait comprendre qu’il ne souhaitait pas rentrer dans cette concurrence.

Je lui ai expliqué que même à Dynamo, il risquait d’être en concurrence. Mais à un moment donné, je suis obligé de penser comme éducateur aussi. Je suis entraîneur mais je suis éducateur. Je pense à l’intérêt du joueur parce que son souhait est de préserver ses chances pour l’équipe nationale. Il aurait pu les préserver aussi avec nous.

Mais on a trouvé un compromis avec le staff et la direction. On a décidé de le transférer et d’accepter ses vœux de partir, nous avons enregistré la venue de Sheyi Damilola. Nous le remercions pour ce qu’il a donné pour le club. Et nous lui souhaitons bonne chance dans ses nouveaux projets et pour la suite de sa carrière.

Il était aussi important pour vous d’avoir des joueurs tous concernés par le projet. Et si vous l’aviez empêché de partir, ça pourrait perturber la vie du groupe ?

Ça dépend de l’état d’esprit du joueur. Vous avez des joueurs qui acceptent rentrer dans cette concurrence et qui gardent un état d’esprit intact. Ils se battent vraiment pour leur place et c’est bénéfique pour les autres gardiens et le groupe parce qu’ils sont positifs. Maintenant, je vous rejoins dans votre sens.

Quand un joueur veut vraiment partir, je crois que ça ne sert à rien de lutter contre ça. Il faut trouver un bon compromis vu que ça risque de pourrir l’ambiance du groupe. C’est pas ce qu’on souhaite. Il faut toujours raisonner avec beaucoup d’intelligence dans ces situations.

En tant que club champion, l’objectif est de répéter la même performance ?

Bien évidemment même si le championnat cette année est plus difficile car toutes les équipes se sont renforcées. Je crois qu’il y a beaucoup qui concourent au titre. Il y a de très bonnes équipes. Et bien sûr, elles sont respectées.

Vous craignez des équipes ?

Quand vous jouez au football, il y a un adversaire, il y a un staff, il y a des joueurs. Et si vous ne respectez pas les équipes, on a vu en Coupe d’Afrique où Les grandes nations ont trébuché devant des soi disant petites équipes par excès de confiance.

Aujourd’hui, le football a évolué, les équipes ont des bons coachs, des staffs très bien organisés. Tous le monde connaît tout sur les équipes adverses. On ne craint personne mais on est obligé de prendre au sérieux toutes les équipes. On va pas jouer petit bras. On va défendre bec et ongle notre titre. On est prêt physiquement, mentalement et tactiquement.

Pour vous, en Ligue africaine des champions, en Coupe CAF, qu’est-ce qui nous manque pour que nos clubs puissent faire sensation, aller au delà de la phase de poule ?

C’est un gros projet global qui doit être axé sur la formation: un championnat de plusieurs catégories d’âge doit être une priorité. Nous devons avoir des équipes de jeunes avec une bonne formation à la base.

Nous devons avoir une bonne politique de formation sur tout le territoire national avec des championnats de plusieurs catégories d’âge départemental, régional et national (U15, U17, U21). Quand on parle des clubs, il faut parler de tout l’écosystème. Je crois qu’on est en pleine période de développement.

Il est important que tous les clubs béninois se structurent, pour mettre en place des projets cohérents, pour mettre les joueurs dans le confort afin qu’ils puissent penser seulement à jouer au football. Maintenant les infrastructures sont là puisque le gouvernement a construit beaucoup de stade. Il faut le matériel pédagogique nécessaire ainsi que l’encadrement professionnel.

Il faut maintenant mettre en place un modèle efficace de gouvernance des clubs, une politique de formation des jeunes, un encadrement formé, du matériel pédagogique pour que les joueurs ne pensent qu’au football, leur métier.

Il faut par exemple pouvoir mettre à leur disposition des appareils de musculation et d’évaluation sur la préparation athlétique. Si plus tard, tous nos clubs sont équipés de ces matériels, on va améliorer la performance de nos joueurs. Je crois qu’il y a des bons coachs ici au Bénin.

Il va falloir continuer leur formation, à mettre en place les formations CAF C, CAF B, CAF A pour qu’on puisse être au norme de la CAF. A partir de là, on va vraiment développer l’écosystème du football béninois. On va attirer les sponsors et les télévisions et développer le modèle économique des clubs.

On pourra créer une ligue 1, une ligue 2 et de confronter toutes ces clubs béninois qui vont se concurrencer au niveau de la performance, et vont faire progresser les uns et les autres, et ainsi pouvoir jouer contre des équipes comme Horoya, Coton Sport du Cameroun.

On pourra rivaliser contre des équipes comme le Raja et le WAC de Casablanca. Mais attention ça ne viendra pas tout de suite. Ça ne viendra pas en un an, en deux ans. C’est un projet global qui va durer sur dix ans environ.

Abdeslam Ouaddou, merci !

De Parakou, Roger Abraham Adjovi, Méga Sports

MEGA SPORTS est sur Telegram. Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement en cliquant sur le lien suivant : https://t.me/mega_sports



La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils