27 C
Abidjan
vendredi, janvier 27, 2023
No menu items!
Accueil Non classé La Mauritanie en colère après la disparition de ses ressortissants au Mali

La Mauritanie en colère après la disparition de ses ressortissants au Mali


Les autorités mauritaniennes sont en colère contre le Mali. Elles dénoncent la disparitions de leurs ressortissants depuis près de trois jours sur le territoire malien.

La Mauritanie accuse le Mali d’être à la base de la disparition d’éleveurs mauritaniens sur leur territoire. Des sources locales affirment qu’ils auraient été tués par des soldats maliens, des accusations qui n’ont pour l’heure pas été confirmées.

Depuis un certain temps, une dizaine de mauritaniens sont portés disparus. Face à cette situation, les autorités mauritaniennes ont montré leur mécontentement. Dans un communiqué publié mardi après-midi, le ministère des Affaires étrangères accuse l’armée malienne « de crimes récurrents contre ses ressortissants« . 

Quelques heures plus tôt, son secrétaire général recevait l’ambassadeur malien. « Nous appelons vos autorités à Bamako, et elles ne décrochent même pas« , s’est exprimé ce dernier au cours de l’entretien, selon une source diplomatique à Nouakchott.

La Mauritanie en colère après la disparition de ses ressortissants au Mali

Des manifestations ont eu lieu ce mardi après-midi devant le ministère de l’Intérieur mauritanien. Le but de cette manifestation était de dénoncer les agressions de l’armée malienne. Le ministère de l’Intérieur a promis faire toute la lumière sur le sort des personnes disparues.

Les ressortissants mauritaniens sont de plus en plus confrontés à des violences ces deux derniers mois. Pas plus tard que ce samedi, deux commerçants ont été blessés par balle alors qu’ils rentraient à Abel Bagrou, localité frontalière. Le 17 janvier, les corps de sept éleveurs avaient été retrouvés près du village malien de Nara.

Lire aussi: Mali/ 27 soldats et 47 terroristes tués dans un affrontement meurtrier: 3 jours de deuil

Les autorités maliennes comptent mener des investigations. Mais elles souhaitent que ces accusations non confirmées cessent d’incriminer leurs forces armées.






La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils