29 C
Abidjan
mercredi, février 1, 2023
No menu items!
Accueil Non classé Passeport frauduleux: 10 ans de prison ferme requis contre Edgard Agbo à...

Passeport frauduleux: 10 ans de prison ferme requis contre Edgard Agbo à la CRIET


Renvoyé après l’audience du 28 février dernier, le procès des 22 personnes impliquées dans le dossier de délivrance frauduleuse de passeport à la direction de l’émigration et l’immigration s’est poursuivi ce vendredi 04 mars 2022. Dans sa réquisition, le ministère public a requis 10 ans de prison contre l’ex DEI, Edgard Agbo et le payement d’une amende de 5 millions.

Le procès de la délivrance frauduleuse de passeport à des expatriés à la direction de l’émigration et de l’immigration a repris dans la matinée de ce vendredi 4 Mars 2022 avec la déposition des personnes impliquées dans ce dossier. Au cours du procès de ce vendredi, c’est le propriétaire d’une entreprise de transfert d’argent située en face de la direction de l’émigration et de l’immigration qui a ouvert le bal des dépositions. Dans sa déposition, l’accusé reconnait avoir transféré des récépissés de certains usagers à qui il a fait des demandes en ligne à ses amis policiers.

A la suite de sa déposition, plusieurs agents de police impliqués dans le dossier ont défilé à la barre. Tous ces agents sont en fonction à la direction de l’émigration et de l’immigration. Après leur déposition, la secrétaire de l’ex directeur de la DGI; Edgard Agbo qui a plongé son ex patron dans sa déposition lors de l’audience précédente est à nouveau convoquée à la barre.

La réquisition du ministère public

Au terme des dépositions, le ministère public dans sa réquisition a requis contre Edgard Agbo, ex directeur de l’émigration et de l’immigration, 10 ans de prison ferme et le payement d’une amende de 5 millions de francs CFA pour abus de fonction.

La même peine est requise contre le chef quartier d’Avotrou, Brice Agbogninnou pour abus de fonction. Le ministère public a par ailleurs requis contre le propriétaire de l’entreprise de transfert d’argent sise en face de la DEI, 10 ans de prison dont 3 ans avec sursis. Et contre les six camerounais, le représentant de l’Etat à ce procès a requis contre eux 10 ans de prison et le payement de 5 millions d’amende.



La source

- Advertisment -

Les plus populaire

Commentaires récents

Aller à la barre d’outils